UFC-QUE CHOISIR de la MANCHE

service public

Ramassage des ordures ménagères et leur traitement dans l’agglo de St Lô en 2022 : la copie est à revoir

2022 va démarrer avec les nouvelles règles concernant nos ordures ménagères et autres services gérés par le Point Fort environnement de l’agglomération Saint Loise. Le service est drastiquement réduit mais nous n’en connaitrons tous les effets, au niveau du coût qu’en 2023. 2022 risque donc d’être une année d’expérimentation un peu difficile pour les usagers dont il faudra rapidement tirer le bilan, car d’ores et déjà, de manière évidente, plusieurs choses ne sont pas satisfaisantes.

Trop longtemps tenus à l’écart et très surpris d’apprendre au fil des jours le devenir des services du traitement des ordures ménagères, le conseil d’administration de l’UFC-Que Choisir de la Manche a tenu un débat avec quelques adhérents.

De l’avis unanime des présents, il est clair que la copie est à revoir : le traitement des ordures ménagères tel qu’envisagé à partir de 2022 est insuffisant, mal assuré et hors de prix. Nous ne payons plus le service rendu pour ce qu’il est.

Ce n’est pas parce que quelques élus souhaitent  mettre un terme à cette affaire dont ils avaient la pleine charge que le débat est clos, d’autant qu’il n’a jamais été ouvert. Aujourd’hui cela soulève beaucoup de questions, parmi lesquelles :

–          À quel moment les usagers ont-ils été consultés ? ;

–          À quel moment a-t-on étudié le service rendu autrement que sous la forme économique,

de dette à gérer ?

En ce qui nous concerne, tel qu’il est prévu actuellement, de l’avis unanime de notre CA, la fréquence des levées payantes, la redevance au dessus d’un nombre réduit de levées, inacceptable, posera d’évidents problèmes (volumes, odeurs, dépôts sauvages et autres problèmes inattendues …), cela a déjà été dit, répété.

Par ailleurs, nous ne voulons pas de cette régression qui est de renoncer au tri à la source et à la valorisation sur place des déchets. Nous ne comprenons pas l’absence de propositions alternatives pour faciliter la réduction des déchets, autre que de réduire le service et le tri sur place.

Nous voulons payer le coût le plus juste du service et uniquement pour le service rendu.

Par ailleurs, à l’UFC-Que Choisir nous militons depuis longtemps, non pas pour le prix le plus bas mais pour le prix le plus juste, or pour le service proposé à partir de l’an prochain, c’est loin d’être le cas.

En effet, nous paierons jusqu’à 25 % – 30 % de plus un service qui n’assure plus :

–          le traitement des déchets complets sur place (pourtant inclus dans le coût actuel) ;

–          le tri et la valorisation des déchets (idem) ;

–          un ramassage des ordures ménagères digne de ce nom ;

–          la capacité à investir de nouveau dans les filières de traitement et de tri.

Les usagers de l’agglomération sont quadruplement pénalisés, il faut le dire et le répéter dans les mois à venir, n’ont pas à payer des sommes qui n’ont aucun sens avec le prix de revient du service projeté (hors la résorption de la dette). D’autres solutions doivent être trouvées pour des erreurs aussi énormes qui vaudraient la liquidation à une entreprise ordinaire, sauf qu’ici ces sommes énormes resteront dues au-delà de la fin du point fort. Erreur d’appréciation des élus, carences des uns et des autres, professionnels défaillants, ce que l’on paie s’éloigne du coût réel du service rendu à la population, pour ce qu’il doit être véritablement.

En outre, plus la population n’aura pas véritablement de retour, de bénéfice, de compensation,  par rapport à la réduction des déchets – on paiera même en cas de zéro déchet-, et pas de solution alternative organisée collectivement, ce qui serait autrement plus ambitieux.

Nous invitons la population à continuer interpeler les différentes représentants des collectivités locales et de l’état afin que le problème soit traité comme il se doit avec justice,  équilibre et bon sens.

En tout état de cause, au-delà de la période d’essai d’un an, il faudra bien la revoir cette copie ou faire preuve d’imagination et de résistance afin de payer le service à son « juste coût ».

Que chacun assume ses responsabilités, élus et représentants de l’État.